Le métabolisme du fer lors de la formation dentaire

Logo AHP

Retour sur l’intervention du Dr Sophia Houari lors de l’AG 2016 de l’Association Hémochromatose Paris.

 

Le Dr Sophia Houari

Elle est chirurgien dentiste et assistante hospitalo-universitaire en Sciences Biologiques à la faculté de chirurgie dentaire de Paris-Diderot-Garancière. Elle effectue des recherches à l’INSERM – au Centre des Cordeliers à Paris, dans le laboratoire de Physiopathologie orale moléculaire. Elle travaille également comme odontologiste à la Pitié Salpêtrière et reçoit des patients au sein de son cabinet privé à Paris. Elle a soutenu une thèse sur : « L’impact du fluor sur la minéralisation des tissus dentaires et sur le métabolisme du fer lors de la formation dentaire ».

 

Dr Sophia Houari

Dr Sophia Houari

 

 

Ses travaux de recherche

Le Dr Sophia Houari a travaillé sur les dents de rongeurs composées des mêmes séquences de développement que celles de l’homme ainsi que sur l’impact de l’environnement sur la formation dentaire.

Lors de l’AG, elle a parlé d’une pathologie dentaire appelée fluorose due à un excès de fluor présent dans l’eau de boisson et pouvant être administré par voie systémique lors de la formation dentaire. Cette pathologie présente comme signes cliniques des taches blanches à brunâtres, des fragilités de l’émail dentaire, ainsi que des dents fêlées et/ou fracturées si la dose d’exposition a été très importante. Pathologie qui représente un réel problème de santé publique de nos jours de par le monde avec des pays très concernés.

Parallèlement à cela, elle a également constaté qu’au cours de la formation de l’émail dentaire (amélogenèse) la perturbation de l’homéostasie du fer (excès ou carence) provoque des stigmates dentaires non négligeables observés sur des patients malades : non seulement un changement de couleur des dents est remarquable mais aussi une qualité de l’émail dentaire amoindrie (couleur grise à orangée, fêlures et fracture dentaire).

Son objectif

L’ objectif du Dr Sophia Houari serait de procéder à l’étude, dans un premier temps, de la denture de malades hémochromatosiques afin de pouvoir envisager à plus ou moins longue échéance, une recherche systématique de signes de cette maladie en amont de l’apparition des signes précoces.

 

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés, le moment venu…

 

Brigitte Pineau – présidente AHP

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>